Présentation

Vendredi 7 septembre 2012 5 07 /09 /Sep /2012 17:18

Seine-Saint-Denis Olympiques - L’expo

- Quand  : Du 28 juin au 15 septembre 
- Où  : Stade de France - Saint-Denis 
- www.stadefrance.com

IMG_1864.JPG

Depuis le 28 juin, une exposition photographique intitulée "Seine-Saint-Denis Olympiques" orne les grilles du Stade de France. Elle présente de grands sportifs séquano-dionysiens photographiés par Djamel Dine-Zitout.
Sous forme de diptyque, chaque tableau se compose d’un portrait de l’athlète dans son environnement séquano-dionysien et en situation sportive.La campagne Seine-Saint-Denis Olympiques est réalisée par le Conseil généralde la Seine-Saint-Denis en partenariat avec le Comité Départemental Olympique et Sportif Français et le Stade de France.

IMG_1862.JPG

IMG_1861.JPG

Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book - Communauté : Parlons sports
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 2 septembre 2012 7 02 /09 /Sep /2012 11:11

 

Le reportage photographique Boxing Athenas est enfin en vente...

 Initié en 2010, le reportage photographique Boxing Athenas est la mise en forme d’une pensée sur les femmes et leur engagement dans la boxe, sport confidentiel.
On y suit, au fil d’une saison de compétition, le club de boxe anglaise de la ville d’Aubervilliers (le Boxing Beats Aubervilliers) : ses licenciées et ses coachs, ses échecs, ses réussites, son Histoire.

En 2012, la boxe féminine anglaise deviendra pour la première fois une discipline olympique.
Les jeunes femmes qui auront la chance d’être médaillées deviendront les icônes, les références des futures générations de boxeuses françaises.

Le projet BoxingAthenas se veut ambitieux et engagé. Il donne un point de vue contemporain sur les changements en cours dans les salles de boxe et dans la Cité ; changements dont les femmes sont porteuses.
Il constitue aussi un témoignage sur la pratique de la boxe, un sport riche en rituels et en traditions ; un sport exigeant et confidentiel qui se nourrit de son époque.
La boxe est souvent décrite comme une métaphore de la vie.
Le vent du changement souffle sur le Noble Art : désormais les hommes côtoient des femmes qui rêvent, elles aussi, d’écrire une page d’histoire.

 

 


BoxingAthenas : Synopsis

« Dans la boxe, rien n’est jamais donné ou offert.
Il faut toujours aller chercher soi-même ce que l’on veut.
S’entêter, travailler et revenir. Toujours.
Les Femmes s’engagent plus que nous autres. »
Saïd Bennajem, Boxing Beats Aubervilliers.

nkld 20101029 292 VF222 web222 

Dans les périphéries des grandes villes, il est des salles de combat défiant l’usure du temps.
Ces salles, où l’on s’éduque, se distinguent les unes des autres par leur appartenance à un espace-temps : un territoire et une histoire propres à chacune.
Certaines sont porteuses de changement.

Les sports de combat sont des disciplines sportives à forte identité : identité sociale et de genre.
La boxe anglaise est un sport où les anciens sont des figures tutélaires : anciens champions, entraîneurs, préparateurs, le vétéran est celui qui protège, qui sait et qui transmet.
Ceux et celles qui se sont dévoués à la boxe féminine forment les premières générations de compétitrices et de championnes. Ils et elles contribuent à l’acceptation de la différence et la mise en œuvre dune l’égalité de fait.
Ils et elles nous offrent des icônes inédites.

Les jeunes femmes que vous verrez sont engagées dans des combats : sur le Ring et dans la Cité contemporaine.
Si c’est le sport qui les rapproche, c’est (volontairement ou incidemment) le refus de l’espace social qui leur est alloué qui les unit. On apprend à se battre pour soi et pour les autres.
Solidaires, elles apportent une touche collégiale à cette discipline individuelle.

Porteuses de modernité, les boxeuses partent à la conquête de l’espace infini délimité par le ring : l’histoire.

Entre tradition et révolution permanente, ces femmes jouent à chaque instant leur destin sur le ring.
Les Jeux Olympiques s’ouvriront pour la première fois à la boxe féminine en 2012.


Dans la mythologie grecque, Athéna est -entre autres- la déesse de la sagesse, de la guerre et la gardienne de la Cité.

sources: http://www.nklawson.com
Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book - Communauté : Parlons sports
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Samedi 1 septembre 2012 6 01 /09 /Sep /2012 10:52

images.jpeg  

Lucie Bertaud et moi seront les invitées d'honneur de Philippe Bouvard dans son émission culte, Les grosses têtes. C'est à la suite du  reportage "La rage et la passion" diffusé le 25 juillet sur France 4 que l'animateur a souhaité nous recevoir dans ses studios.

L'émission sera enregistrée lundi matin. Elle sera diffusée jeudi 6 septembre à 16h00.

Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book - Communauté : Parlons sports
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 28 août 2012 2 28 /08 /Août /2012 17:49

IMG_1177.JPG

Groupe Handiboxe IMP Aubervilliers 2012

Reprise des séances de boxe le 12 septembre...

Nous entamons la 5ème année de boxe adaptée avec un objectif sportif de taille: le Challenge National Gilbert Joie 2013!!

Par sarah ourahmoune - Communauté : Handiboxe
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mardi 21 août 2012 2 21 /08 /Août /2012 00:26

Elle boxe comme elle parle
Et de son poing signe ses mots
Elle parle comme elle boxe
Et de ses mots lisse ses poings!
Au coin du ring son âme s'arme
Et dans ses gants soigne ses maux
Quand sa beauté fait paradoxe
Au combat rude qui s'en vient!
Dans son regard rien ne s'alarme
De l'adversaire qu'il lui faut
Son corps jaillit d'une équinoxe
Comme un soleil qu'elle fait sien!

Stig

Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book - Communauté : Parlons sports
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 21 août 2012 2 21 /08 /Août /2012 00:19

 

Ourahmoune, stop ou encore ?

54400166

Sarah Ourahmoune, qui avait dans un premier temps annoncé la fin de sa carrière, pourrait revenir sur sa décision. La vice-championne d'Europe des mouches 2011 (30 ans) a pris du recul sur cette défaite, injuste selon elle, et envisage de ne pas raccrocher les gants sous certaines conditions. "Cela avait été très, très dur. Alors, si je reviens, c'est pour être la meilleure, pas faire de la figuration. Et puis je ferai les choses différemment, explique la Parisienne dans les colonnes de l'Equipe. Il faudra du changement et notamment une prise en charge plus professionnelle."

 

Newsweb

source: http://www.ouest-france.fr/sport/ofbreves_-Ourahmoune-stop-ou-encore-_toutes-477783_filInfosport.Htm

Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 29 juillet 2012 7 29 /07 /Juil /2012 14:39

 « Les chercheurs d’or » / « Looking for gold »

Après son exposition « Reflet » sur les grilles de l’Insep,  Mamedy Doucara s’est lancé un autre défi : une nouvelle exposition baptisée “Les chercheurs d’or”.

 Sarah-Ourahmoune-copie-1.jpg

Série "Les Chercheurs d'Or" - Mamedy Doucara Copyright 

 

Dans cette série de photos, Le photographe Mamedy Doucara a mis les plus grands ambassadeurs de toutes les disciplines sportives dans la peau de chercheurs d’or. Il a ainsi voulu établir un parallèle entre la dureté du travail du mineur et la détermination du  sportif dans sa quête de l’or. Des années de travail, d’efforts intenses, dans le seul but d’obtenir le précieux sésame.

Tels les orpailleurs recherchant jour après jour la fameuse pépite, les sportifs travaillent d’arrache-pied, se dépassant quotidiennement, et repoussant sans cesse leurs limites.

Cependant, même si les sportifs de haut niveau ont soif de victoires, ils se remettent en question après chaque compétition. Ils ne se contentent pas de ces succès, ne restent pas sur leurs acquis et mettent tous les moyens en œuvre pour réitérer l’exploit tout au long de leur carrière. La victoire n’est pas une fin en soi mais un objectif vers lequel on tend.

Les 64 sportifs de cette série se sont livrés dans une mise en scène inédite. Mamedy Doucara, dans une volonté constante de prendre à contre-pied l’image des sportifs, les a placés sur un terrain totalement atypique et original.

Vous allez découvrir les sportifs comme vous ne les avez jamais vus.

 expo-les-chercheurs-dor-mamedy-doucara.jpg

Photographie : www.kelebarapictures.com

Blog : www.blogkelebarapictures.com

 Lieux où l'exposition sera diffusée:

-   AU CLUB FRANCE à Londres (derrière la salle de presse en face de CANAL + et TF1 ) 1 Old Billingsgate Walk 16 Lower Thames Street - London EC3R 6DX – du 27 juillet au 12 août –     52 SUR LES 64 IMAGES 

-   SUR L'ECRAN GEANT DU PARVIS DE L'HOTEL DE VILLE  , Projection officielle pendant 15 minutes vendredi 27 juillet à 20h15 et chaque jour avant la prise d’antenne à 9h45 - du 27 juillet au 12 août -      La totalité  DES 64 IMAGES 

-  A l'INSEP, Dans l’espace restauration 11 avenue Tremblay 75012 Paris - à partir du 27 juillet –  38 SUR LES 64 IMAGES 

-  A OBJECTIF BASTILLE , Expo dans le magasin parisien de photo et vidéo / 11 rue Jules César 75012 Paris - du 1 août  au 1 septembre -      20 SUR LES 64 IMAGES 

 

Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Jeudi 19 juillet 2012 4 19 /07 /Juil /2012 14:48

Vendredi 13 juillet 2012

La fin de l'année scolaire arrive enfin pour tous les enfants de l'IMP Aubervilliers. Elle a lieu le 13 juillet. Elle annonce les vacances, le soleil mais aussi la fin des cours de boxe.

Pour la quatrième année consécutive, un groupe de jeunes de l'IMPP d'Aubervilliers a été accueilli à la salle de boxe Boxing Beats. Tous les mercredis matin, Sarah Ourahmoune les initie à la boxe anglaise.

" Nous avons commencé par des parcours moteurs et des jeux puis peu à peu nous avons touché à l'activité boxe proprement dite. Je les sens épanouis. Ils me surprennent souvent. Le groupe est très soudé et volontaire. Il y a une sacrée ambiance. C'est un réel plaisir de les encarder."


Francky Denis a rejoint l'encadrement du groupe cette année. En effet, Sarah s'est souvent absentée à cause des grosses échéances sportives qu'elle prépare.

Le point culminant de cette année était la participation au Challenge National Gilbert Joie. Ce tournoi regroupe tous les pratiquants souffrant de handicap. Deux jours de compétition pendant lesquels les participants s'affrontent dans diverses épreuves: sac, leçon, assaut, évaluation de force et de vitesse, etc...)

Cinq jeunes de l'IMP ont participé au Challenge. Ils ont été épatants. 

" La boxe leur permet de travailler leur coordination, leur concentration... Ils ont une meilleure estime d'eux-mêmes."

L'année prochaine, ce même groupe s'inscrira à nouveau au Challenge avec un nouvel obejctif: Celui de faire des assauts.


Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book - Communauté : Handiboxe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 19 juillet 2012 4 19 /07 /Juil /2012 11:59


France 4 diffuse  le 25 juillet à 20H30 un documentaire poignant de 120 minutes  sur la boxe. Filmant le quotidien d’un club de boxe amateur d’Aubervilliers et de ses membres, La Rage et la Passion… révèle les joies, les espoirs et les doutes de ces vies tout entières dévouées à la passion du sport et transformées par ses valeurs.

Boxe féminine la rage et la passion

Boxing Beats, c’est LE club de boxe d’Aubervilliers, LA fabrique de champions. C’est là que Saïd, le coach entraîne les jeunes du quartier, filles et garçons. Ils sont conducteurs de bus, pâtissiers, secrétaires, ou diplômées de Sciences Po, une seule passion les unit : la boxe anglaise. Leurs espoirs, leurs larmes, leurs combats, ils les vivent ensemble au quotidien pour réaliser leur rêve de victoire, celui qui mérite tous les sacrifices. Quatre filles – Lucie, Sarah, Leila et Zarah – et quatre garçons – Cyrille, Karim, Michaël et Moussa – racontent chacun leur histoire, leurs destins se croisent et le puzzle se construit en ménageant tous les suspens. On ne va pas au Boxing Beats comme on va au cinéma. L’engagement personnel est intense, on aménage sa vie pour monter sur le ring et gagner pour soi et pour l’équipe, la vraie famille… Les idées reçues sont K.-O. dans ce film coup de poing qui annonce les JO de Londres où pour la première fois les filles monteront sur le ring. Un documentaire fleuve qui enfile les gants pour comprendre leur rage et leur passion.  Alors, parviendront-ils à réaliser leurs rêves ?

Teaser :

“La rage et le passion” est une incursion très intéressante dans l’univers pugilistique Français, représenté pour la première fois à la télévision française de façon paritaire entre hommes et femmes. En effet, jusqu’alors les documentaires dans lesquels apparaissaient la boxe féminine étaient dissociés de la boxe masculine et donnaient à voir des parcours exceptionnelles, dans des documentaires à caractère intimistes qui cherchaient à retranscrire des expériences individuelles hors du commun. Dans le documentaire la “rage et la passion” ce qui est mis en valeur c’est la diversité des identités au sein du club, des personnalités, les parcours des boxeurs pluriels et riches, laissant apparaître une galerie de portraits et de talent. Il donne aussi à voir un large aperçu de l’univers de la boxe amateur aujourd’hui (aussi bien féminine que masculine). Il fait echo aux valeurs véhiculées par le club Boxing Beats dans lequel le sport devient un vecteur de lien social, une passerelle vers la solidarité et le dépassement de soi pour atteindre ses rêves.

Par sarah ourahmoune - Publié dans : boxing Beats - Communauté : Parlons sports
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Jeudi 19 juillet 2012 4 19 /07 /Juil /2012 11:19

Lundi 16 Juillet 2012

               IMG_1144.JPG

Invitée par la Française Des Jeux, j'ai eu la chance d'assister à la 15ème étape du Tour de France qui relie Samatan à Pau. Nous avons suivi les coureurs de l'équipe FDJ Bigmat sur près de 160 km de course très vallonnée. Le public était nombreux et venait parfois de très loin : Afrique du Sud, Norvège, Grande-Bretagne…

Pour la joie de toute l’équipe FDJ Bigmat, Pierrick Fédrigo s’est offert une victoire d’étape. La 2ème cette saison pour notre équipe.

IMG_1146.JPG

Ce fut l’occasion pour moi de faire mon baptême d’hélicoptère au dessus du peloton de cyclistes... J’avais comme compagnons de vol Alain Néri (sénateur du Puy de Dôme), Laetitia Olivier (FDJ) et l'assitante de Sophie Auconie (Députée européenne)....

IMG_1167.JPG

Un grand merci à toute l’équipe de la FDJ pour cette journée mémorable…

SaO

 

Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book - Communauté : Parlons sports
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 17 juillet 2012 2 17 /07 /Juil /2012 19:26

 


Le cour d'essai de Dynamic boxe pour femmes aura lieu

le Lundi 23 juillet à 19H30.( sur réservation!!)

Ce cours est gratuit et sans engagement. 
Une tenue de sport, une serviette, bouteille d'eau et beaucoup de bonne humeur vous seront nécessaires!!!
IMG_1125.JPG

Si vous souhaitez poursuivre l'aventure pour la saison prochaine (du 3 septembre 2012 à fin juillet 2013) 
Vous ferez partie du groupe 1. (groupe débutantes)

Vos horaires d'entraînement seront les:
lundi de 20H30 0 22H30 
samedi de 9H45 à 11H00.
( si vous ne pouvez pas venir au deux séances, ce n'est pas grave... L'important c'est d'être le plus régulière possible)


 IMG_1130.JPG

Pour l'inscription vous aurez besoin de:
2 enveloppes timbrées,
1 photo, 170€ de cotisation et un certificat médical 

 A bientôt.
 Francky et Sarah

 

dyna-cuba-modele-femme.jpg

 

Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book - Communauté : Parlons sports
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 17 juillet 2012 2 17 /07 /Juil /2012 17:50

A l’approche des JO de Londres, il est malheureusement toujours difficile de parler d’égalité hommes-femmes dans le sport. Fabienne Broucaret, journaliste et auteure du blog Sportissima soulève de nombreuses questions dans son livre « Le sport féminin – Le sport, dernier bastion du sexisme ? ». A travers différents témoignages de championnes et d’experts, elle montre que les sportives doivent se battre pour atteindre la même reconnaissance que leurs homologues masculins.

 IMG_1054.JPG

Fabienne m’a consacré deux pages dans lesquelles elle retrace mon parcours. Elle explique également  mes difficultés à trouver à des sponsors. En effet, je suis toujours à la recherche de partenaires pour financer mon préparateur physique.

SaO

Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book - Communauté : Parlons sports
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 12 mai 2012 6 12 /05 /Mai /2012 12:49

 

Ourahmoune veut décrocher la Lune

Parmi les meilleures dans la catégorie des poids mouches, la Française veut réussir les Mondiaux, qui débutent ce mercredi en Chine, et valider sa présence à Londres pour le premier tournoi olympique féminin de l’histoire des JO.

Louis Chenaille (avec A.A., M.M) | rmcsport.fr | 08/05/2012


Sarah Ourahmoune

La boxeuse française est de retour en Chine pour y rééditer son exploit. Sacré championne du monde en 2008 à Ningbo chez les poids mi-mouches (-48kg),Sarah Ourahmoune va disputer les Mondiaux (Qinhuangdao, 9-20 mai) dans la catégorie mouche (-51kg) pour décrocher son billet aux Jeux de Londres. Une première olympique puisque si les hommes combattent aux JO depuis 1903, ce sera une première pour les filles. L’Albertivillarienne veut être la Française qui écrira l’histoire de la boxe anglaise féminine sous la bannière aux cinq anneaux. « Ce serait une belle reconnaissance, on a toujours été à l’écart, on ne fait pas les jeux de la francophonie, on n’est pas à l’Insep… » Pour prendre l’Eurostar, la fille d’Aubervilliers devra au moins atteindre les quarts de finale, alors qu’elle figure dans le top mondial grâce à ses bons résultats récents.
Un titre de vice-championne d’Europe acquis en octobre dernier, une huitième couronne nationale décrochée le 21 janvier, jour de ses 30 ans… Sa préparation n’a pas fait tache. « Elle a enchainé 6 combats en 10 jours et a fait 6 victoires, avec notamment l’or au tournoi international en Crète », se félicite son entraîneur de toujours, Saïd Bennajem, un ancien des JO de Barcelone. Mais dans l’Empire du Milieu, sa protégée, qu’il entraîne depuis 16 ans dans la salle Jean Martin à Aubervilliers, devra repartir de zéro. « C’est très stressant, concède-t-elle, c’est la mort subite, il y a très peu de place. » En Asie, elle croisera les meilleures, toutes candidates à l’or olympique : la Polonaise Michalzuck, championne du monde en 54kg, l’anglaise Nicola Adams qui avait pris le dessus sur la Française à l’Euro, l’Indienne Mary Kom, championne du monde en 48kg, et la chinoise Ren Cancan, championne du monde de la catégorie…

Elle a reçu la Légion d’honneur

Sarah Ourahmoune s’est envolée avec l’équipe de France (Estelle Mossely, Ericka Guerrier) le 2 mai pour parfaire leur préparation sur place. Elle n’a pas perdu cette fois ses valises à l’aéroport, comme ce fut le cas dernièrement en Pologne et à Toulouse. Peur panique, depuis. Par contre, l’éducatrice spécialisée pour enfants handicapés a laissé derrière elle Sciences Politiques et son master de marketing qu’elle entend décrocher dans 2 ans. Sarah aux gants d’acier, travaille aussi son QI. « On ne vit pas de la boxe, mais là c’est compliqué depuis mars, j’ai mis les études entre parenthèses, je reprendrai en rentrant. » Trop de séances, de bobos et de déplacements. Dans l’immédiat, la championne ne vit que pour le tournoi qualificatif olympique. Un quart et elle verra la Tamise. Décorée de la médaille de chevalier de la Légion d’honneur en avril, Ourahmoune ne veut pas s’arrêter là. « Les Jeux ce sera l’apothéose. » 

 

Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 12 mai 2012 6 12 /05 /Mai /2012 12:44

JO 2012

Ourahmoune : « Les JO, le sommet de ma carrière »

Propos recueillis par A.A | rmcsport.fr | 08/05/2012
 
Parmi les meilleures dans la catégorie des poids mouches, la Française Sarah Ourahmoune veut réussir les Mondiaux, qui débutent ce mercredi en Chine, et valider sa présence à Londres pour le premier tournoi olympique féminin de l’histoire des JO. « C’est un défi personnel. J’y vais pour me faire plaisir et pour vivre une super expérience. Ça va être le point culminant de ma carrière. Ça fait 16 ans que je m’entraine. Les Jeux, on n’en parlait pas à mes débuts. C’est le sommet de ma carrière sportive, on ne peut pas rêver plus. »  
source: http://www.rmcsport.fr/editorial/254408/ourahmoune-les-jo-le-sommet-de-ma-carriere/
Par sarah ourahmoune - Publié dans : presse book
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 9 mai 2012 3 09 /05 /Mai /2012 12:18

 LA SEMAINE DE SARAH

Du  2 au 20 Mai 2012

Chronique N°24

Championnat du monde – Chine

Qinhuangdao

 

Partie 1

Mercredi 2 mai :

L’heure du grand départ est arrivée. Je pars en Chine pour les Championnats du monde. Dans ma catégorie, l’enjeu est double : un titre mondial et une qualification pour les Jeux Olympiques de Londres. Il me faudra être dans les trois premières européennes pour pouvoir m’envoler pour Londres. La tâche est rude, très rude. Je pense que pour espérer un podium, il faudra gagner au moins cinq ou six combats d’affiler sans trébucher.

Francky, mon fiancé m’accompagne à l’aéroport de Roissy. J’ai le sentiment bizarre que rien ne sera plus comme avant. Je ferme la porte en laissant derrière moi des années de travail. Pour ce projet olympique, j’ai mis ma vie de femme en sommeil. J’ai imposé ce projet à Francky. Nous avons mis entre parenthèse nos envies de famille, de maison, d’aventures… Il est pleinement impliqué dans ce projet olympique. C’est notre histoire. C’est un épisode de ma vie que je partage avec plusieurs personnes. Seule, je n’en serai pas là.

Sur le chemin de Roissy, j’ai une boule au ventre. Je me dois de tout faire pour y arriver. Cela fait des semaines, des mois, des années que nous travaillons pour cet ultime objectif.

J’ai la conviction qu’à mon retour de Chine, je ne serai plus la même…quoiqu’il arrive.

Nous faisons une première escale à Frankfort où nous retrouvons l’équipe allemande. Nous serons en stage avec elles jusqu’au 8 mai.  Puis, nous embarquons dans un second avion direction Pékin. 11h30 de vol suivi de 4h00 de bus pour arriver à Qinhuangdao.

Cette ville portuaire a attiré l’attention mondiale en étant coorganisatrice des JO de 2008. Certains matchs olympiques de football ont eu lieu ici. C’est d’ailleurs dans ce même stade que nous allons boxer.


Jeudi 3 mai :

Arrivée à l’hôtel Holiday inn après un très long périple. Le décalage horaire commence a pesé.  L’hôtel est magnifique. On est bien loin des petits hôtels où nous avions l’habitude d’aller pour nos préparations. Ici, on nous porte nos bagages, le hall d’entrée est immense. Nous disposons d’une grande piscine, d’une salle de sport et d’une espace balnéo. Le cadre est idéal. Du jamais vu pour la petite escouade de boxeuses que nous sommes…

Plusieurs grandes équipes de football ont posé bagages ici dont l’équipe brésilienne avec Ronaldinho.

Après le repas, nous filons dans les rues de Qinhuangdao à la recherche de petites boutiques. Nous nous retrouvons au cœur d’un marché. Les odeurs de nourriture accompagnent nos pas. Chaque étalage est un mystère : des pattes de poulet, du rat séché, des fruits et légumes inconnus, des poissons et des viandes posés à même la table…

En fin d’après-midi, nous faisons un petit footing. Nos jambes engorgées par le long trajet en avaient bien besoin. Des relents de cuisine flottent dans l’air et compriment nos poumons.

La fatigue se fait sentir. Les six heures de décalage pèsent sur mes paupières. Je me dois de résister pour vite prendre le rythme de vie chinoise.

Il est 21H30 quand je vais me coucher. 


Vendredi 4 mai :

La nuit a été pénible. Impossible de trouver le sommeil. Les six heures de décalage horaire sont difficiles à déglutir.

Au programme de la matinée : petit footing au bord de la mer. La plage est terne, sans vie. Un gros brouillard terni le paysage. Il fait chaud mais personne ne se baigne. Cela ne me dit rien qui vaille. L’atmosphère est polluée. Les cimenteries et le transport du charbon créent un gros nuage de poussière. Courir ici est pénible. Des passants ramassent des algues au bord de l’eau pour se nourrir. Il y a un contraste énorme entre le luxe de notre hôtel et les ruelles alentours.

Notre entraineur en digne chef moraleux nous rappelle que la concurrence sera dure et qu’il faut être déterminé pour gagner. Il lui revient également le privilège ingrat de dire des vérités qui font mal : nous sommes neuf boxeuses françaises mais il n’espère pas plus de quatre médaillées.

Il est lucide mais l’engagement et le sérieux de chacune illustre la trempe de nos ambitions. Nous sommes toutes venues en Chine pour monter sur la plus haute marche du podium. Depuis des mois nous nous entraînons dur, nous boxons dans les quatre coins du monde…nous sommes préparées à tous les obstacles qui nous pendent au nez.

 

A 16H00, nous traversons Qinhuangdao avec l’équipe allemande pour nous rendre au centre olympique. Une immense salle d’entraînement nous est réservée. Elle dispose de quatre grands rings et d’une dizaine de plateforme équipée chacune de cinq ou six sacs de frappe.

Nous sommes près d’une vingtaine de boxeuses à entrer dans la salle. Notre arrivée dans la fosse aux serpents ne passe pas inaperçue. Une cinquantaine de boxeuses s’entraine déjà. J’en reconnais certaines.

 

Samedi 5 mai :

Rien n’y fait, la nuit a été longue et difficile. Impossible de fermer l’œil.

A peine levée, je descends vite dans le hall où nous avons rendez-vous à 7H00 pour notre première séance. Malgré la fatigue, il nous faut entamer cette seconde journée d’entraînement avec motivation. Après un échauffement classique, nous enfilons nos casques et nos gants pour six reprises d’opposition. Nous enchaînons par des exercices de renforcement musculaire et du shadow boxing. 

La rudesse de ce championnat du monde m’enjoint à pédaler la tête dans le guidon vers mes objectifs. Je n’écoute pas mon corps. Je n’écoute pas cette fatigue qui me tiraille.

 

Dans l’après-midi, je m’accorde une bonne sieste. Puis, je me prépare pour une première mise de gant face aux allemandes. Je suis plutôt en forme. J’ai conscience que ma trajectoire sera émaillée d’obstacles. Mais je fonce tête baissée. Je travaille avec l’allemande que j’ai boxée au dernier tournoi de Crète. Je tente de travailler en contre-attaque. Elle a une très belle boxe, fluide, légère. Mais elle ne travaille que du bras arrière. Je la feinte, je la provoque. Quand elle travaille, je réplique par deux ou trois coups. Tous mes crochets du bras avant passent. Par moment elle change de garde pour me perturber. Ce passage d’une garde de droitière à celle de gauchère lui impose une fraction de secondes d’adaptation C’est à cet instant précis que je l’enchaîne, avant qu’elle retrouve ses marques.

Dans cette grande salle d’entraînement, je devine la menace de la concurrence. Tout le monde s’observe, cherche à décrypter la boxe de leurs adversaires potentielles. Et, chacune se contient, change de style…pour tromper et dérouter. 


Dimanche 6 mai :

Nous sommes partis depuis cinq jours déjà. Le temps passe vite ici. Ce matin, nous travaillons sur les tapis de course de la salle de sport de l’hôtel. Aux alentours, il n’y a pas de piste de course. Pour notre grand plaisir, les tapis sont très sophistiqués. Ils sont équipés d’écran télé où défilent des clips de rap chinois et d’un ventilateur. Le travail est dur, très dur mais nécessaire pour avoir la condition physique. J’y ai laissé mes tripes en pensant à mes futures adversaires.

Je viens d’apprendre que dans ma catégorie de poids nous sommes 59 boxeuses. Nous débuterons donc en 32ème de finale. Ce qui signifie qu’il me faudra gagner six combats d’affiler pour espérer être couronnée d’or. 

L’après-midi, l’entraîneur nous met au repos. Nous décidons de profiter de notre voyage en Chine pour aller voir la Grande Muraille de Chine. Après trente minutes de bus, nous arrivons enfin face à la 7ème merveille du monde. A Qinhuangdao, c’est le début de la Muraille. Il grouille de touristes. Des guides se sont agglutinés autour de nous pour nous vendre des billets. Malgré leur anglais incompréhensible, ils ont réussi à nous refourguer des tickets pour une balade en bateau. Apparemment, la vue de la Grande Muraille depuis la mer est merveilleuse. Nous avons eu le droit à trois courtes minutes de zodiac à plein gaz! Nous avons ri, nous avons crié mais nous n’avons rien vu. Il faut bien l’admettre, nous nous sommes fait avoir !

Nous avons ensuite marché pour visiter des temples et des petites boutiques. Le business coule à flot. Les constructions traînent encore les miasmes des batailles. L’endroit est magnifique mais s’abîme à force d’être exploité.

SaO

Par sarah ourahmoune - Publié dans : résulats boxe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés